En ce moment, en France, des actes de cruauté sont commis partout dans le pays sur des chevaux, même sur un âne et un veau. Ne les oublions pas, eux aussi ont payé de leur vie la barbarie humaine.

Mais que se passe-t-il ? Depuis le début de l’année, environ une trentaine d’animaux ont été agressés sur tout le territoire français. On ne sait toujours pas POURQUOI, ni leurs motivations, à s’attaquer à nos animaux. Plusieurs pistes ont été données comme un jeu lancé sur le net, un rite satanique, … On ne connaît pas non plus le nombre exact de personnes, car même si de nombreux témoignages se croisent, d’autre pas du tout. Cela varie selon les régions.
Un portrait robot a pu être fait suite à une agression sur la commune de CHARNY OREE DE PUISAYE (89120).

C’est tout de même un visage à garder en tête. Ces personnes sont en mouvement continuel, changent peut-être de véhicule etc… Donc il faut rester vigilant dans tous les cas.

Je ne vais pas réécrire tous les articles déjà parus partout, ni la liste de toutes les attaques, je veux surtout vous faire un article sur la prévention .
Il est vrai que de nombreux groupes sur les réseaux sociaux de soutien et d’entraide se sont créés (je ne donnerai aucun lien pour des raisons de logique et de sécurité). Donc, je vous laisse en trouver vous-même.

D’ailleurs, parlons réseaux sociaux. Il est très important de vous méfiez des informations qui circulent, si vous voulez vraiment en partager, veillez à bien vérifier si elles sont vraies ou faussent ! Des personnes se sont retrouvées soupçonnées par la gendarmerie alors qu’elles n’avaient rien à voir avec ces histoires.

D’autre part, les réseaux sociaux sont des mines d’or d’informations personnelles. Donc, si vous avez une page, un compte ou autre parlant de vos chevaux, poneys, ânes, mules, s’il vous plaît, n’affichez pas la localisation ! J’en vois beaucoup sur Instagram, arrêtez ça ! C’est une information déjà bien trop personnelle pour être affichée en temps normal surtout pendant cette période…

De même, pour celle de votre club, même si elle est déjà plus ou moins publique, comme c’est une entreprise. D’ailleurs, attention à celles qui sont visibles sur les cartes, telles que Google Maps, car cela permet un repérage facile des lieux et de leur configuration. Pensez également à vos pancartes si possible.

Pour ceux qui ont leurs chevaux dans les champs, ne laissez rien traîner car, apparemment, les agresseurs sont équipés de cordes, licol, carottes… Il faut ramasser vos affaires, même vos seaux ou gamelles !

Faites une surveillance quotidienne, relevez tout comportement suspect et signalez-le à la gendarmerie, au numéro 17. Ne vous rendez pas seul voir vos animaux. Ces personnes sont armées et ont déjà blessé une personne. Armez-vous d’un appareil photo et/ou d’ un téléphone pour photographier un maximum d’informations (quand c’est possible).

Bien évidemment, s’ils vous attaquent pour x ou y raison, vous avez le droit de vous défendre ! Mais, attention à ce que vous utilisez et respectez le principe de la riposte proportionnée par rapport à l’attaque ! Restez au plus près de la légalité car cela pourrait se retourner contre vous.

Le tout, c’est de faire du bruit pour les faire fuir ou pour réveiller vos voisins, que la signalisation des faits soit faite le plus rapidement possible aux forces de l’ordre.

Faites aussi des repérages dans vos pâtures/propriétés et au moindre changement suspect, déclarez le aux autorités, c’est peut être les agresseurs qui en sont la cause et qu’ils pensent revenir !

Autre point, ils opèrent de nuit comme de jour donc n’hésitez pas à demander un coup de main à d’autres propriétaires, éleveurs, chasseurs, tout humain responsable. Faites des équipes et organisez-vous, mais prévenez votre voisinage, même de chez eux, ils peuvent vous aider.

Je sais qu’avec la reprise du travail, veiller la nuit peut être compliqué et, si aucune ronde n’est mise en place vous pouvez faire appel à des personnes nomades qui viendront s’installer dans vos terrains, là aussi, vous trouverez des groupes/pages Facebook.

Surtout ne prenez pas de risques inutiles, je sais que c’est dur de se retenir dans ces moments-là, soyez très prudents !

De plus, pour les champs et les propriétés, une vidéo surveillance est possible grâce à des caméras de chasse. La boutique n’en a pas en stock mais j’ai ouvert les pré-commandes directement sur le site.

Voir les produits « SPYPOINT »

Vous pouvez aussi piéger vos propriétés, attention toujours avec des outils légaux, ne posez pas de piège à ours à l’entrée de votre champ ! Mais vous pouvez utiliser un fil à hauteur de cheville, décoré de boîtes de conserves. Quand c’est possible, utilisez un spot à détecteur de mouvement, un système d’alarme, bref, pleins d’astuces peuvent se trouver. Certaines ne marcherons peut-être pas du tout, trop voyantes, pas assez bruyantes, mais vous l’aurez fait ! Si ces personnes comprennent que vous les attendiez. Ils prendront la fuite ou non, mais vos animaux auront peut être de la méfiance envers eux.

Mais, si par malheur, l’un de vos animaux serait touché ou tué appelez les gendarmes qu’ils viennent faire un état des lieux le plus rapidement possible et de la prise d’indices, ne touchez à rien, en tout cas essayez !

J’espère que cet article vous aidera d’une manière ou d’une autre.

Si vous voulez partager d’avantages de choses, n’hésitez à publier un commentaire.

Vos retours, vos témoignages, vos astuces sont précieux. Il faut continuer à s’entraider et rester solidaire. Il y a déjà eu trop d’animaux tués et torturés. Surtout que la France a déjà connus des cas similaires même s’ils étaient moins répandus et moins répétitifs, en 2014. Mais il s’est déjà produit des cas similaires ailleurs dans le monde : Amérique, Angleterre, Belgique, etc…

Il les faut vivants, pour que l’on puisse enfin savoir pourquoi et que les propriétaires des chevaux tués ou mutilés puissent avoir gain de cause !

Par ailleurs, le ministre de l’ agriculture, Julien Denormandie, a annoncé le mercredi 9 septembre 20020, la création d’un numéro de téléphone gratuit destiné à tous les propriétaires de chevaux inquiets face aux mutilations et aux agressions sur les chevaux en France, ou qui en on subit : 0800 738 908.

Vous serez mis en relation avec des spécialistes de l’ IFCE (institut français du cheval et de l’équitation).

Si tout le monde se mobilise, on finira par en avoir un ou plusieurs, restons soudés !

Courage à tous, prenez soins de vous et de vos loulous, à bientôt, Marylise.

EXCLUSIVITE/ACTU – Les chevaux mutilés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *